Recensement géographique des visites virtuelles dans le monde

www.virtual-journey.com

https://www.virtual-journey.com/

Et si nous étions les Fra Mauro du 21ème siècle?

Aucun texte alternatif pour cette image

Une cartographie détaillée du monde sans sortir de chez soi

Au 15ème siècle, Fra Mauro, moine au monastère San Michele di Murano, cartographia le monde depuis sa cellule. Pourquoi parler de ce moine en novembre 2020? En dehors du fait que sa mappemonde est une des représentations du monde les plus détaillées de l’époque et qu’elle contient des images, des inscriptions détaillées (3’000 au total), et des cartouches complexes contenant la connaissance géographique de son époque, Fra Mauro n’est jamais sorti du monastère pour cartographier le monde. Pèlerins, marchands, missionnaires, et autres navigateurs se succédaient et lui décrivaient ce qu’ils avaient vu, ce qu’ils avaient imaginé ou ouï-dire. Cela vous semble familier maintenant?

Il n’y a qu’un pas à faire pour se dire que nous sommes ou que nous pouvons être les Fra Mauro du 21ème siècle. Depuis le mois de mars 2020, la plupart d’entre nous sommes privés de voyages. Les compagnies aériennes tournent au ralenti, ou sont clouées au sol. Les règles sanitaires un peu partout dans le monde interdisent les voyages internationaux, et/ou imposent des périodes de quarantaine qui rendent impossible au commun des mortels de se déplacer sereinement. Fra Mauro ne se déplaçait pas non plus, seules sa tête et ses mains de dessinateur se déplaçaient au fil des récits de voyageurs. L’information circulait bien au 15ème siècle comme à notre époque. Nous avons l’avantage de ne pas avoir besoin d’attendre le retour d’un lointain voyage pour imaginer des contrées reculées et visiter les lieux les plus impressionnants de notre monde. Internet, la 3D, la réalité augmentée ou encore la réalité virtuelle font que nous pouvons toujours voyager même depuis chez nous.

 Une application recensant les visites virtuelles dans le monde

Durant le premier confinement (notamment grâce au projet Digital Giza de l’université d’Harvard) est née l’idée de créer une cartographie recensant les visites virtuelles mondiales. Au fil des réflexions, nous avons ajouté la possibilité de faire du lecteur, un auteur. La cartographie peut non seulement être consultée mais elle pourra, à terme, aussi évoluer avec la participation des lecteurs.

Le rendu est visuellement très élégant et l’application est très simple à utiliser. Dans le but de faciliter l’accès aux informations, nous avons choisi de travailler avec une grille de photographies dans un panneau latéral et une carte avec les localisations des sites au centre. Pour le fond de carte nous avons choisi un fond coloré rappelant les planisphères politiques que nous avons probablement tous eus étant enfant.

Aucun texte alternatif pour cette image

Chacune des photographies et des markers de couleur sur la carte sont interactifs. Au clic de la souris, soit sur les markers soit sur les photos, la carte zoome sur la localisation et une mini description du site est disponible, avec l’accès à l’URL (lien souligné en rouge). Le clic sur le lien ouvre une nouvelle page. Le nom des sites est indiqué sous chaque photographie, ainsi l’utilisateur peut choisir le site qui lui plaît.

Aucun texte alternatif pour cette image

Le bandeau en haut du site est aussi interactif. Si le lecteur s’intéresse plus à l’Amérique Centrale qu’à l’Asie, il peut aller directement à la carte correspondante.

Pour compléter la partie interactivité, l’application peut s’ouvrir sur un laptop, sur une tablette ou sur un téléphone. Le site s’adapte automatiquement à la taille de votre écran. Cependant pour une meilleure expérience nous recommandons d’ouvrir l’application sur un écran de tablette ou de laptop.

Visiter depuis son canapé et être acteur de ces visites

Pour ceux qui répondront que ce n’est pas pareil, soit, nous sommes d’accord. Les grands voyageurs se sentent sûrement lésés. Néanmoins, peut-on pour une fois prendre notre temps et apprécier tous ces endroits à leur juste valeur? Pas de tourisme de masse, pas de files d’attente interminables, pas de préparation 15 jours à l’avance pour pouvoir entrer dans un édifice etc. En mars et avril derniers, de nombreux journaux, sites internet ou réseaux sociaux vous ont proposé les « 10 magnifiques visites virtuelles dans les grands musées européens », les « 15 musées à visiter depuis votre canapé pendant le confinement », ou encore « les meilleures visites virtuelles à faire pendant votre confinement ». Ces articles, bien qu’ayant le mérite d’exister, sont trop courts. Pour avoir testé 200 sites, la plupart passent à côté de plusieurs points essentiels :

a) Ils sont trop souvent orientés sur les musées et notamment les grandes collections du monde. Beaucoup d’édifices et de musées plus modestes que le Louvre, le MET ou le TATE ont des collections et/ou une architecture fantastiques. Certains projets universitaires méritent aussi d’être mis en avant.

b) Certaines visites ne sont pas intéressantes dans le sens où vous ne pouvez accéder qu’à une partie limitée d’une collection, ou pour certaines vous restez coincés dans le hall d’entrée du musée.

c) Ces articles ne mettent pas suffisamment en avant l’intérêt culturel mais aussi psychologique que ces visites peuvent avoir sur une population mondiale privée presque en totalité de déplacements et d’accès à la culture.

d) Bien que ces articles intéressent beaucoup de monde, ils ne sont pas attrayants. Un titre tel que « Evadez-vous pendant le confinement » rend le lecteur passif au lieu de le remettre au centre et de lui donner la possibilité de s’investir dans ces visites et ainsi d’avoir un rôle actif, comme d’avoir envie de préparer sa « bucket list » et être prêt à repartir dès que possible.

Les 120 visites sélectionnées pour le lancement ne sont pas une liste exhaustive : le but n’était pas de faire une carte complète dès la première publication, mais de donner la possibilité aux utilisateurs de nous communiquer d’autres sites qui présentent un réel intérêt !

Conclusion

Nous avons pris plaisir à créer cette StoryMap et à chercher des visites (dont les 7 nouvelles merveilles du monde) qui nous permettent de continuer à vivre l’expérience visuelle d’une visite au musée ou la découverte de sites lointains et mythiques. Cette expérience se veut comme un partage, à l’image de la mappemonde de Fra Mauro : nous créons le cadre et vous le complétez de vos découvertes en ligne ou de vos projets.

Comme nous l’avons expliqué, nous souhaitons avec ce projet faire des utilisateurs des acteurs à part entière du voyage. Une version en crowdsourcing est en préparation. Pour l’instant les lecteurs peuvent nous transmettre les visites virtuelles à ajouter dans les cartes via la page de contact. A terme, une plateforme de saisie sera disponible, les informations collectées, vérifiées (nous ne planifions pas de supprimer la partie humaine de gestion de la qualité) et affichées dans la ou les cartes correspondantes.

Nous espérons que vous aimerez revoir des endroits visités et que vous avez aimés, vous entendre dire que vous y retourneriez bien. Vous pouvez redevenir les acteurs de vos prochaines visites : faites votre liste des sites à voir et partagez vos sites préférés avec nous!

Sciences historiques et cartographie !

Et si on mélangeait les sciences historiques, la médiation culturelle et la cartographie ?

Je suis ravi que notre carte narrative (storymap) soit utilisée dans le cadre du 12ème colloque InfoClio.

Un sujet historique précis : les relations du CICR et du gouvernement suisse en 1942-1943, entre neutralité en engagement.

Le travail de fond est important, entre l’historienne qui rédige un ouvrage aux contenus fouillés, et la géomaticienne qui fait ressortir ce qui est géographiquement pertinent et le met en carte.

Au cours de ce voyage interdisciplinaire, l’utilisation de SIG et de cartes historiques a été reconnue comme un outil utile pour représenter une réalité historique complexe sans la simplifier à l’excès.
Les SIG historiques sont amusants à créer et à utiliser, ce qui en fait de bons outils pédagogiques.
Enfin, et surtout, ils permettent de brisent la linéarité des récits historiques et de favoriser une exploration plus libre et interactive des contenus.

Parcourez et commentez :
La StoryMap en direct : Lien vers la StorMap

Les contenus sur Infoclio : https://www.infoclio.ch/fr/colloque2020#session2

Et le lien principal du colloque : https://www.infoclio.ch/fr/colloque2020

Dispositif réapplicable sur beaucoup d’autres domaines et sujets, on y reviendra 🙂

A bientôt !

Géolocaliser les toits plats en 3D

La semaine passée je suis passé sur un article de la RTS au sujet des toits plats qui pourraient être végétalisés.
On aimerait comprendre ce que ça représente comme implantations possibles, répartition, quantité, etc.

La géo-magie peut-elle opérer ?

Question à mon équipe : est-ce qu’on a les données et les outils disponibles facilement pour détecter rapidement les toits plats sur le secteur genevois … c’était le « speed geo-challenge » de la semaine 😉

Et voici un résultat calculé en une heure sur une portion réduite du territoire, pour confirmer que oui, c’est sans problème !

De là, il faut évidemment affiner avec d’autres infos. D’autres filtres se feront tout aussi facilement, tant qu’on a les données à jour et de qualité.

S’imaginer les mêmes infos à partir de listing, graphique ou tableau serait moins aisé !

Moralité : pour des analyses sur le territoire, pensez géodonnées et géoanalyse; il y a énormément de possibilités qui peuvent paraitre complexes, mais ne le sont pas tant que ça 😉

Publication : European shipping companies survey : Expectation vs Reality

Un nouvel article avec IT IS GIS / GeoDataSolutions !

Enjeux géopolitiques, gouvernance, développement des infrastructures, prix des ressources et intérêts des compagnies de navigation maritime … très éclairant et instructif sur l’exploitation de la zone arctique et la navigation commerciale !

Merci à l’équipe CQEG (Conseil Québécois d’Etude Géopolitique) et à l’Université de Laval d’avoir été au bout de cette étude, et à notre collègue Mélanie pour son implication et sa persévérance !

L’étude est en ligne : https://cqegeseiulaval.files.wordpress.com/2020/06/europeancompaniesarcticshipping-etudescqeg2020-final.pdf

Sans être une prestation « carto » mais plutôt « data », on voit que l’étude des (géo)données peut nous emmener n’importe où sur la planète et au-delà, et sur des sujets très variés; on adore 🙂