Quelques clés sur le contexte de la géolocalisation en 2020

Je viens de parcourir une étude réalisée par l’entreprise Dresner : « Location Intelligence Market Study ». Elle nous donne quelques clés sur le contexte de la géolocalisation en 2020.

90% des gouvernements considèrent que la géoinformation est essentielle pour leurs opérations de planification, sélection de sites, services aux citoyens, acheminement et gestion du territoire.

53% des entreprises déclarent que la géolocalisation est importante pour leurs objectifs 2020.

Les trois fonctionnalités les plus recherchées : visualisation sur des cartes, cartes intégrées aux dashboards, navigation descendantes dans les données : on visualise, et on analyse !

Les centres de compétences accordent la priorité aux applications avec géocodage intégré ou natif : on bricole moins, on prend de vrais outils !

Une bonne partie des département R&D s’orientent vers l’adoption de la cartographie des données de manière transversale dans l’entreprise.

Les entreprises favorisent les déploiement sur le Cloud, mais les installations sur site restent fortement déployées selon les contextes.

Pour résumer l’essentiel : avoir de bonnes données, pouvoir les associer et les analyser sur des cartes interactives !

Qui n’a pas encore sa stratégie géospatiale ?

Les données à disposition sur le coronavirus sont simples et complexes à la fois.

La Chine a modifié plusieurs fois son mode de calcul du nombre de personnes infectées, différence x2 pour le nombre de décès et x16 pour le nombre de personnes contaminées !

Les chiffres exactes peuvent être sujet à caution, malgré tout la propagation est effectivement claire.

Le tableau de bord en illustration présente une situation complète de manière simple avec des données complémentaires : http://tiny.cc/l8qlkz

Mais d’où viennent les données ?
La source data est disponible sur Github et mise à jour régulièrement ici : tiny.cc/x9qlkz

Des cas sont apparus en Suisse. Localement le Canton de Vaud diffuse un communiqué avec l’organisation des services de l’État;
disponible en pdf ici : tiny.cc/barlkz et en page web là : tiny.cc/tarlkz

Plus que jamais, avec la surabondance d’informations médiatique, il est important d’avoir une donnée dont on connait la source et les limites, et de la représenter de manière simple mais complète, sans biais d’interprétation visuelle.

Et vous, inquiété ou pas par le coronavirus ?!

#geodata#coronavirus

La donnée est un des seuls domaines qui se retrouve dans tous les secteurs d’une organisation.

Exemple : un service des ventes produit beaucoup de données qui pourront être utilisées par le services des finances ou le département marketing.

Le problème que je perçois avec mes clients, c’est que beaucoup ont des données, mais ces dernières ne sont pas structurées.

Elles sont là, existantes et présentes, mais elles ne sont pas organisées pour être exploitées.

Il me semble essentiel de les structurer pour qu’elles soient un vrai levier de transformation et d’évolution !

Comment ? Il faudrait …

… une vraie gouvernance …

  • Définir qui est responsable d’une donnée, qui la produit, qui peut la voir et l’utiliser, …
  • Aligner les stratégies des différents acteurs au sein d’une stratégie globale commune

… un vrai partage des données …

  • Construire une centralisation et un hub d’accès aux données
  • Organiser les accès et les évolutions de manière cohérente
  • Créer le « one single source of truth »

… et animer l’ensemble …

  • Faire interagir et échanger les personnes impliquées
  • Apporter du sens et de la confiance entre les différents acteurs de l’organisation

Et vous, est-ce que votre organisation exploite correctement ses données ?!

Je suis tombé hier sur un article du TCS parlant de la qualité de l’air.

On nous indique que les gens perçoivent comme négatif l’évolution de la qualité de l’air sur les dernières années.

Et pourtant d’après plusieurs mesures, la pollution actuelle mesurée est inférieure à celle d’il y a 30 ans.

Du coup … j’ai voulu vérifier ces données par moi-même !

J’ai retrouvé les infos sur le site de l’OFEV et me suis amusé à faire une vidéo nous montrant l’évolution des mesures de poussières fines de 1999 à 2016.

Avant de réagir à une information, j’aime bien pouvoir la vérifier en me basant sur des données de qualité.

Est-ce une déformation professionnelle, ou vous allez vous aussi vérifier les sources pour confirmer des avis ou des ressentis ?

#gdsolution#geodata