Recensement géographique des visites virtuelles dans le monde

www.virtual-journey.com

https://www.virtual-journey.com/

Et si nous étions les Fra Mauro du 21ème siècle?

Aucun texte alternatif pour cette image

Une cartographie détaillée du monde sans sortir de chez soi

Au 15ème siècle, Fra Mauro, moine au monastère San Michele di Murano, cartographia le monde depuis sa cellule. Pourquoi parler de ce moine en novembre 2020? En dehors du fait que sa mappemonde est une des représentations du monde les plus détaillées de l’époque et qu’elle contient des images, des inscriptions détaillées (3’000 au total), et des cartouches complexes contenant la connaissance géographique de son époque, Fra Mauro n’est jamais sorti du monastère pour cartographier le monde. Pèlerins, marchands, missionnaires, et autres navigateurs se succédaient et lui décrivaient ce qu’ils avaient vu, ce qu’ils avaient imaginé ou ouï-dire. Cela vous semble familier maintenant?

Il n’y a qu’un pas à faire pour se dire que nous sommes ou que nous pouvons être les Fra Mauro du 21ème siècle. Depuis le mois de mars 2020, la plupart d’entre nous sommes privés de voyages. Les compagnies aériennes tournent au ralenti, ou sont clouées au sol. Les règles sanitaires un peu partout dans le monde interdisent les voyages internationaux, et/ou imposent des périodes de quarantaine qui rendent impossible au commun des mortels de se déplacer sereinement. Fra Mauro ne se déplaçait pas non plus, seules sa tête et ses mains de dessinateur se déplaçaient au fil des récits de voyageurs. L’information circulait bien au 15ème siècle comme à notre époque. Nous avons l’avantage de ne pas avoir besoin d’attendre le retour d’un lointain voyage pour imaginer des contrées reculées et visiter les lieux les plus impressionnants de notre monde. Internet, la 3D, la réalité augmentée ou encore la réalité virtuelle font que nous pouvons toujours voyager même depuis chez nous.

 Une application recensant les visites virtuelles dans le monde

Durant le premier confinement (notamment grâce au projet Digital Giza de l’université d’Harvard) est née l’idée de créer une cartographie recensant les visites virtuelles mondiales. Au fil des réflexions, nous avons ajouté la possibilité de faire du lecteur, un auteur. La cartographie peut non seulement être consultée mais elle pourra, à terme, aussi évoluer avec la participation des lecteurs.

Le rendu est visuellement très élégant et l’application est très simple à utiliser. Dans le but de faciliter l’accès aux informations, nous avons choisi de travailler avec une grille de photographies dans un panneau latéral et une carte avec les localisations des sites au centre. Pour le fond de carte nous avons choisi un fond coloré rappelant les planisphères politiques que nous avons probablement tous eus étant enfant.

Aucun texte alternatif pour cette image

Chacune des photographies et des markers de couleur sur la carte sont interactifs. Au clic de la souris, soit sur les markers soit sur les photos, la carte zoome sur la localisation et une mini description du site est disponible, avec l’accès à l’URL (lien souligné en rouge). Le clic sur le lien ouvre une nouvelle page. Le nom des sites est indiqué sous chaque photographie, ainsi l’utilisateur peut choisir le site qui lui plaît.

Aucun texte alternatif pour cette image

Le bandeau en haut du site est aussi interactif. Si le lecteur s’intéresse plus à l’Amérique Centrale qu’à l’Asie, il peut aller directement à la carte correspondante.

Pour compléter la partie interactivité, l’application peut s’ouvrir sur un laptop, sur une tablette ou sur un téléphone. Le site s’adapte automatiquement à la taille de votre écran. Cependant pour une meilleure expérience nous recommandons d’ouvrir l’application sur un écran de tablette ou de laptop.

Visiter depuis son canapé et être acteur de ces visites

Pour ceux qui répondront que ce n’est pas pareil, soit, nous sommes d’accord. Les grands voyageurs se sentent sûrement lésés. Néanmoins, peut-on pour une fois prendre notre temps et apprécier tous ces endroits à leur juste valeur? Pas de tourisme de masse, pas de files d’attente interminables, pas de préparation 15 jours à l’avance pour pouvoir entrer dans un édifice etc. En mars et avril derniers, de nombreux journaux, sites internet ou réseaux sociaux vous ont proposé les « 10 magnifiques visites virtuelles dans les grands musées européens », les « 15 musées à visiter depuis votre canapé pendant le confinement », ou encore « les meilleures visites virtuelles à faire pendant votre confinement ». Ces articles, bien qu’ayant le mérite d’exister, sont trop courts. Pour avoir testé 200 sites, la plupart passent à côté de plusieurs points essentiels :

a) Ils sont trop souvent orientés sur les musées et notamment les grandes collections du monde. Beaucoup d’édifices et de musées plus modestes que le Louvre, le MET ou le TATE ont des collections et/ou une architecture fantastiques. Certains projets universitaires méritent aussi d’être mis en avant.

b) Certaines visites ne sont pas intéressantes dans le sens où vous ne pouvez accéder qu’à une partie limitée d’une collection, ou pour certaines vous restez coincés dans le hall d’entrée du musée.

c) Ces articles ne mettent pas suffisamment en avant l’intérêt culturel mais aussi psychologique que ces visites peuvent avoir sur une population mondiale privée presque en totalité de déplacements et d’accès à la culture.

d) Bien que ces articles intéressent beaucoup de monde, ils ne sont pas attrayants. Un titre tel que « Evadez-vous pendant le confinement » rend le lecteur passif au lieu de le remettre au centre et de lui donner la possibilité de s’investir dans ces visites et ainsi d’avoir un rôle actif, comme d’avoir envie de préparer sa « bucket list » et être prêt à repartir dès que possible.

Les 120 visites sélectionnées pour le lancement ne sont pas une liste exhaustive : le but n’était pas de faire une carte complète dès la première publication, mais de donner la possibilité aux utilisateurs de nous communiquer d’autres sites qui présentent un réel intérêt !

Conclusion

Nous avons pris plaisir à créer cette StoryMap et à chercher des visites (dont les 7 nouvelles merveilles du monde) qui nous permettent de continuer à vivre l’expérience visuelle d’une visite au musée ou la découverte de sites lointains et mythiques. Cette expérience se veut comme un partage, à l’image de la mappemonde de Fra Mauro : nous créons le cadre et vous le complétez de vos découvertes en ligne ou de vos projets.

Comme nous l’avons expliqué, nous souhaitons avec ce projet faire des utilisateurs des acteurs à part entière du voyage. Une version en crowdsourcing est en préparation. Pour l’instant les lecteurs peuvent nous transmettre les visites virtuelles à ajouter dans les cartes via la page de contact. A terme, une plateforme de saisie sera disponible, les informations collectées, vérifiées (nous ne planifions pas de supprimer la partie humaine de gestion de la qualité) et affichées dans la ou les cartes correspondantes.

Nous espérons que vous aimerez revoir des endroits visités et que vous avez aimés, vous entendre dire que vous y retourneriez bien. Vous pouvez redevenir les acteurs de vos prochaines visites : faites votre liste des sites à voir et partagez vos sites préférés avec nous!

Sciences historiques et cartographie !

Et si on mélangeait les sciences historiques, la médiation culturelle et la cartographie ?

Je suis ravi que notre carte narrative (storymap) soit utilisée dans le cadre du 12ème colloque InfoClio.

Un sujet historique précis : les relations du CICR et du gouvernement suisse en 1942-1943, entre neutralité en engagement.

Le travail de fond est important, entre l’historienne qui rédige un ouvrage aux contenus fouillés, et la géomaticienne qui fait ressortir ce qui est géographiquement pertinent et le met en carte.

Au cours de ce voyage interdisciplinaire, l’utilisation de SIG et de cartes historiques a été reconnue comme un outil utile pour représenter une réalité historique complexe sans la simplifier à l’excès.
Les SIG historiques sont amusants à créer et à utiliser, ce qui en fait de bons outils pédagogiques.
Enfin, et surtout, ils permettent de brisent la linéarité des récits historiques et de favoriser une exploration plus libre et interactive des contenus.

Parcourez et commentez :
La StoryMap en direct : Lien vers la StorMap

Les contenus sur Infoclio : https://www.infoclio.ch/fr/colloque2020#session2

Et le lien principal du colloque : https://www.infoclio.ch/fr/colloque2020

Dispositif réapplicable sur beaucoup d’autres domaines et sujets, on y reviendra 🙂

A bientôt !

Une storymap : Neutralité et Engagement 1942-1943.

En mars dernier nous vous annoncions notre collaboration avec une historienne spécialiste de l’histoire du CICR, Isabelle Vonèche-Cardia, et la publication avant la fin de l’année de notre storymap. Voilà qui est fait ! Notre storymap est disponible en français et en anglais.

Nous avons présenté notre version française au concours storymap esri en octobre dernier. Nous n’avons pas gagné malheureusement mais c’était une très belle opportunité de pouvoir montrer ce travail de longue haleine.

La version anglaise a été corrigée par David N. Griffiths de Dalhousie University, Halifax, Nouvelle-Ecosse. Petite anecdote : le père de David était pilote de la RAF pendant la guerre et a été abattu au-dessus de la Belgique et fait prisonnier. David qui a tous les journaux écrits par son père durant sa captivité a pu, grâce à une des cartes présentées dans la StoryMap ,visualiser les camps dans lesquels son père a été détenu.

1/ Contexte

Ces sept derniers mois ont été intenses : des centaines de documents d’archives traités, lus et relus, analysés, décortiqués pour en faire des visualisations sous formes de réseaux et/ou de cartographie ; de nombreuses bibliothèques étrangères ainsi que des groupes d’anciens militaires contactés pour obtenir le droit d’utiliser leurs ressources etc. Le sujet est aussi en lui-même intense. 1942 et 1943 sont des années denses : déportations, échanges à bâtons-rompus entre diplomates, ministères, le Comité International de la Croix-Rouge, les diverses actions humanitaires locales, les directions des Croix-Rouge étrangères, visites aux prisonniers de guerre.

Le fil rouge de cette storymap était, tout en simplifiant le récit, de conserver l’esprit dans lequel les chapitres 7 et 8 du livre d’Isabelle avaient été rédigés. Nous souhaitions permettre au public et à des audiences d’âges différents d’accéder à ces événements spécifiques, que sont l’Affaire des menottes et le silence du CICR face aux déportations, et parfois peu connus de la Seconde Guerre mondiale.

2/ Traitement des documents

Pour que les documents d’archives soient exploitables en cartographie ou sous forme de réseaux, nous avons extrait les informations suivantes :

  • Date
  • Lieu d’envoi
  • Lieu de destination

Afin d’avoir une base de données plus complète et offrant une traçabilité nous avons aussi conservés les références aux archives et les notes de bas de page du livre d’Isabelle. Tous les documents ne contiennent pas un lieu d’envoi et de destination. Nous avons donc fait les choix suivants :

  • Notes internes à un département : même lieu de départ et d’arrivée
  • Lieu de départ et/ou de destination pas clairement notés : nous nous sommes reportés sur l’auteur et/ou destinataire (voir le schéma ci-dessous).

2.1/ Graphe 1 – les échanges pendant l’Affaire des menottes

La représentation a été faite à partir du code Mike Bostock, force-directed graph.

Réseau des relations CICR, gouvernment suisse et autres acteurs 1942-1943 pendant l’Affaire des menottes.

Le graphique contient :

– 50 nœuds (personnages et des ministères/agences)

– 65 liens (segments reliant les nœuds)

Dans notre javascript, ces nœuds et liens peu nombreux ont été hard codés mais nous aurions pu créer un json et l’appeler dans le code.

D’autres paramètres sont disponibles :

– Chaque nœud peut être déplacé dans la page, ce qui permet de mieux lire certains clusters par exemple,

– Les étiquettes sont visibles sous forme de tooltip au passage de la souris (mouse over), ce qui améliore la lisibilité du graphique.

– L’épaisseur des liens dépend du nombre d’échanges que les personnes et les agences/ministères ont pu avoir (toujours basé sur nos 107 documents).

– Les couleurs des nœuds sont attribués aux groupes définis dans le code.

Le code est open source et gratuit, il est disponible ici.

Ceci n’est qu’un début de représentation, nous pourrions bien sûr aller plus loin dans les calculs et les représentations. Par exemple nous pourrions calculer la « betweeness centrality » des personnages et ainsi vérifier quel est le personnage le plus central, le plus connecté, etc.

2.2/ Graphe 2 – Les arguments de la séance du CICR : pour ou contre un appel ?

Les prises de positions des membres du Comité dans l’ouvrage d’Isabelle se trouve sous forme de deux colonnes qui présentent en face à face les arguments utilisés par les membres présents. Cette forme a le mérite de renvoyer dos à dos ces prises de position qui utilisent les mêmes arguments.

Pour cette représentation nous avons opté pour le concept map, aussi développé avec D3.js.

Dans cette visualisation, les membres du comité sont situés au centre de la représentation et sont liés avec les arguments avancés lors de la séance. Chaque argument est représenté par un nœud bleu avec une étiquette. Lorsque la souris passe sur un nœud ou sur un rectangle du centre plusieurs choses se passent :

– Le contour du rectangle devient rouge (permet de visualiser le/les membres concernés)

– Le ou les nœuds deviennent rouge

– Le ou les liens s’épaississent

Ces effets permettent au lecteur de voir en un seul coup d’œil quelle a été la prise de position de chaque membre du Comité, mais également quels membres du Comité ont adopté la même prise de position.

Le code est open source et gratuit et est disponible ici.

2.3/ La cartographie

La storymap

La storymap est un mélange de plusieurs templates disponibles sur ArcGIS online. Le cadre global de la StoryMap est une Story Map Series tabbed (avec onglets dans le header), et les chapitres sont composés par des StoryMap Journal.

Chaque onglet est indépendant et peut être activé à n’importe quel moment.

Le panneau central contient les cartes, les images, les visualisations, et le panneau latéral droit contient la narration et les sources de nos documents.

Web App avec navigateur temporel

A partir de la même base de données utilisée pour représenter le réseau nous avons créé une carte dans ArcGIS Pro et nous l’avons rendue interactive en utilisant le Web App builder avec navigateur temporel.

La WebApp est intégrée directement dans la StoryMap mais peut être utilisée comme une app seule.

La taille des villes dépend du nombre d’occurrences dans notre table attributaire.

Comme les échanges ont le plus souvent lieu sur les mêmes segments nous avons utilisés des lignes en pointillés pour pouvoir visualiser plus facilement le type d’échanges et les superpositions. Néanmoins le rendu n’est toujours pas parfait et pourrait être améliorer.

Références

https://www.payot.ch/Detail/neutralite_et_engagement-isabelle_voneche_cardia-9782940066117
https://storymaps.arcgis.com/fr/
https://codepen.io/mscfourn/pen/WggXeb
https://codepen.io/mscfourn/pen/NLLjVK

Les SIG et l’histoire: rencontre avec Isabelle Vonèche-Cardia de l’EPFL, spécialiste de l’histoire du CICR.

Historienne, spécialiste de l’histoire humanitaire, et plus particulièrement de celle du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), Isabelle Vonèche-Cardia a toujours été intéressée par une visualisation, dans l’espace et dans le temps, de ses recherches. En effet, son livre sur les relations entre le CICR et le gouvernment suisse pendant la Seconde Guerre mondiale, rédigé à partir des archives de ces deux entités, contient des informations à caractères géographique qui n’ont jamais été utilisées.

Lors de notre première rencontre en 2012, Isabelle avait souhaité tester sur un échantillon d’archives ce qu’une visualisation de réseau social pouvait apporter à ses recherches. Par manque de temps nous n’avions jamais pu concrétiser nos échanges, c’est maintenant chose faite! Les résultats géographiques seront bientôt publiés.

Essai de visualisation d’un réseau social avec Gephi.